Rechercher
  • PAVAMA

La cigale et la fourmi

La Fontaine ne prend pas vraiment parti dans cette histoire, parce qu'il n'y a pas de parti à prendre. La Cigale a beau faire la maligne, elle s’est bel et bien amusée pendant que la Fourmi trimait pour assurer son avenir (points de vues discutables). Alors, il est compréhensible que la chanteuse énerve la Fourmi en ne pensant qu’à elle. Mais la Fourmi a fait de même : pendant qu’elle entassait ses richesses, elle ne procurait de bonheur à personne alors que la voix de la Cigale enchantait les passants et motivait la Fourmis elle-même. L’avenir et le présent sont tout aussi importants à vivre donc la morale de cette histoire est... qu’il n’y en a pas ! Nous sommes tous différents, chacun apporte ce qu'il a et ce qu'il est à l'autre. Parce que c'est ça, un vrai monde d'êtres humains. Merci aux animaux de nous l'enseigner.

"La Cigale, ayant chanté

Tout l'Été,

Se trouva fort dépourvue

Quand la bise fut venue.

Pas un seul petit morceau

De mouche ou de vermisseau.

Elle alla crier famine

Chez la Fourmi sa voisine,

La priant de lui prêter

Quelque grain pour subsister

Jusqu'à la saison nouvelle.

Je vous paierai, lui dit-elle,

Avant l'Oût, foi d'animal,

Intérêt et principal.

La Fourmi n'est pas prêteuse ;

C'est là son moindre défaut.

Que faisiez-vous au temps chaud ?

Dit-elle à cette emprunteuse.

- Nuit et jour à tout venant

Je chantais, ne vous déplaise.

- Vous chantiez ? J'en suis fort aise.

Eh bien ! dansez maintenant."



17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout